Credit immobilier pour premier achat

Credit immobilier pour premier achat

Quelques conseils de bons sens, non exhautifs bien entendu..

Souscrire un credit immobilier n’est pas un acte anodin. Il vous engage de fait pour plusieurs années mais va aussi vous permettre de réaliser votre rêve : accéder à la propriété et réaliser ainsi d’importantes économies comparativement aux locataires assidus.

Cet engagement fait souvent peur, notamment chez les « primo accédant », c’est pourquoi nous nous attacherons à lister quelques principes gagnants vous permettant d’acheter en toute sérénité en collaboration avec votre banque.

Ne vous attachez pas uniquement au taux de votre crédit.

Cette approche vous surprend sans doute puisque l’item du « taux le plus bas » reste le leitmotiv préféré des établissements bancaires pour attirer vers eux une clientèle toujours plus nombreuse. Ce qui est important, c’est ce que vous allez réellement payer au final. Que vous importe d’avoir obtenu le taux d’emprunt le plus bas du marché, si, additionné à l’assurance invalidité décès, frais de dossier, frais pour remboursements anticipés etc… la facture s’avère être plus salée qu’ailleurs en fin d’échéance ?

Restons simple et basique. LA bonne question à se poser : j’emprunte X, je rembourse Y . La différence, c’est ce que me coûte mon crédit. Cette somme est elle raisonnable, acceptable, performante, préférentielle… par rapport à une autre simulation de crédit ?

Souscrire de préférence à taux fixe.

C’est notre conseil et bien entendu, comme toute approche, elle se discute.

Et pourquoi pas un taux variable ? Il est certes proposé au départ à un taux plus avantageux que le fixe, cependant, par essence, il est appelé à évoluer. Même si cette fluctuation peut être « encadrée » à la base (taux « capé »), vous perdez en sérénité et votre gestion s’en trouve perturbée.

Si d’aventure, vous choisissez cette formule, simulez systématiquement l’hypothèse la plus pessimiste même si votre banquier vous en dissuade prétextant que ce cas de figure ne peut arriver (quelle visibilité a t il sur 10, 15, 20 ans et plus ?) . Calculez le nouveau coût de votre crédit et rapprochez le d’une simulation au taux fixe négocié. Si vous êtes réellement gagnant, il est probable que le taux fixe proposé ne soit pas si compétitif que cela. Faites alors jouer la concurrence pour vous en assurer.

Comparez !

C’est évident mais peut être, êtes vous pris par le temps ? La maison de vos rêves va vous filer entre les doigts car d’autres acquéreurs sont aussi sur l’affaire : il faut faire vite, où dois je signer, s’il vous plait ?…

STOP !

VOUS menez les débats parce que VOUS êtes l’acheteur potentiel. C’est VOUS qui rembourserez le prêt et assurerez de fait une rente aux établissements bancaires, alors, ne vous laissez pas abuser et prenez le temps de comparer : C’EST CAPITAL. Il existe de plus aujourd’hui d’excellents comparateurs en ligne pour trouver votre bonheur :

Testez ABSOLUMENT et sans retenue les comparateurs :

QUOTATIS

et comparez les assurances de credit immobilier avec :

ASSURLAND

Choisissez de préférence un système de remboursement modulable et souple.

De quoi s’agit il ?

Vous connaissez aujourd’hui votre situation professionnelle, financière et votre vision est claire à court terme voire moyen terme. Cependant, un imprévu peut venir fausser la donne et vous apprécierez sans doute d’avoir la possibilité de rembourser plus ou moins selon vos désidératas. Cette option se prévoit à l’avance, au moment de la signature de votre prêt. Certains établissements proposent même des formules de remboursements personnalisés

Conservez des liquidités.

Maximiser son apport personnel pour emprunter au minimum peut s’avérer être un mauvais calcul. Cette approche reste des plus louables mais elle comporte un risque important. En vous privant de liquidité au sortir de votre achat, vous ne pourrez peut être plus faire face aux travaux d’aménagement de votre nouvelle acquisition, aux dépenses imprévues (voitures…). Serait ce aussi la fin de vos loisirs ?

N’hésitez pas, par exemple, à prévoir dans votre prêt la prise en charge des frais de notaires. Tous les établissements ne le proposent pas mais cette disposition peut être intéressante. C’est une charge supplémentaire, certes, MAIS résonnez plutôt en terme de DELTA supplémentaire à payer chaque mois. Faites une simulation pour un crédit AVEC et SANS la prise en charge des frais de notaires. Cette somme additionnelle étant noyée dans la masse globale de votre crédit, il n’impactera sans doute vos mensualités qu’à concurrence de 10 ou 20 €, sans réelle conséquence sur votre pouvoir d’achat ; et vous évitera de sortir 10 ou 15 000 euros de votre poche au moment de la signature de l’acte final d’achat. A méditer.

Nous avons trouvé une formule intéressante qui conjugue et associe intelligemment toutes les exigences citées plus haut :

Il s’agit du prêt foncier liberté proposé par la banque en ligne Monabanq

Non seulement les taux proposés sont parmi les plus bas du marchés, mais vous pouvez aussi :

Financer à 100% le coût de l’opération par le crédit

Intégrer selon certaines conditions les frais de notaires et de garantie

Vous pouvez moduler chaque année vos mensualités pour les adapter à votre budget familial du moment… Et même personnaliser vos remboursements avec votre conseiller financier : du sur mesure !

Profiter d’un taux fixe attractif donc et sans surprise

Bénéficier de frais bancaires réduits à l’extrême.

Pour plus d’informations, n’ hésitez pas à demander une simulation GRATUITE pour financer votre projet et ouvrir par la même occasion un compte de dépôt chez MONABANQ.  Pour plus d’informations, cliquez sur le visuel ci dessous :

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.